21 September 2007

El Fassi From Larbi.org to the present.

Abbas El Fassi prime minister as part of the puzzle unfolds. what is next?
His resignation for example. What does Si Larbi* think now?

*Larbi is one of the greatest influential bloggers from Morocco. One of the 100 people that move morocco (100 qui font bouger le Maroc), Telquel Magazine. Summer 2007.

6 comments:

Mohamed El Kortbi said...

Pourquoi doit il démissionner? so parti a gagné les élections 2007

bouba said...

merci pour ton commentaire.
this is about the real meaning of democracy, Si Mohamed. and it is not a question of resignation. if El Fassi represents what represents those who voted most, then a lot of people would think his appointment is a punishment to the Moroccan people.
Al Istiqlal, the majority, ballos that has gone through the window when the real majority of the moroccans registered refused to go. then my point is who is representing the others, the real majority.

Mohamed El Kortbi said...

La nomination D'Abbas El Fassi n'est pas une punition au peuple Marocain. C'est le résultat des élections qui ont permis au PI de se hisser au grade du premier parti marocain représenté au parlement. Et, il va de soi que son Chef soit désigné premier ministre.
Ceux qui ont préféré resté chez eux le 7/9 n'ont rien à réclamer !! ils se sont mis hors jeu !

Larbi said...

Le roi du Maroc a eu la galanterie de nommer premier ministre le chef du parti arrivé en tête aux législatives. La logique démocratique a été respectée et je m'en réjouit. Ce bel ordonnancement des choses est bouleversé par la personnalité du « chef du parti arrivé en tête » qui n'est autre que Abass El fassi. J'avais, il y plus de deux ans, consacré une tribune très violente au secrétaire général de l'Istiqlal lui demandant de démissionner de ses fonctions de ministre d'Etat ou, à défaut, de le démettre, suite au suicide d'une victime du dossier Annajat (qui sera suivi par le suicide de trois autres jeunes victimes du même dossier) .

Vous l'aurez compris, le nouveau chef du gouvernement m'est très antipathique . En outre, je ne crois pas que la fonction du premier ministre sera revalorisée sous son mandat quand on sait sa drôle conception de la vie politique et ses actions toujours « au service du trône » et à l'application des « instructions royales ». Certes le roi du Maroc aurait pu nommer une autre personnalité de l'Istiqlal , ça aurait été plus audacieux.

Mais il me faudra être juste et ne pas dire la chose et son contraire. Quand je suis allé voté , j'ai formé le vœu que ces élections aient un sens et que le chef du parti arrive en tête soit nommé premier ministre. Car malgré ses imperfections, malgré l'abstention record et malgré l'architecture institutionnelle actuelle, j'ai toujours considéré que le suffrage universel est souverain et doit s'imposer à tous à commencer par le chef de l'Etat lui-même qui doit en tenir compte . Maintenant que c'est fait, et même si c'est tombé sur Abbas, je ne vais pas me renier. Les choses ont un sens et il me faudra être cohérent avec moi-même. Par esprit démocratique, cette nomination doit à mon sens s'imposer à tous. Chacun est bien entendu libre de l'apprécier mais sans perdre de vue que ce choix a été dicté par le jugement des électeurs. J'irais même jusqu'à dire que les électeurs mécontents n'avaient qu'à se déplacer placer un autre parti en tête aux législatives.

voilà bouba ce que j'en pense

bouba said...

thank you, Ssi Larbi, I have nothing more to say.

Arehal said...

Aza
moi au lieu de me remettre a revoir les comptes et qui avait raison de qui ne l'avait pas dans ce jeu malconçu des élections au Maroc, je me suis donné à l'analyse démocratique comme nos chers Kortobi et Larbi ont voulu nous faire croire dans les commentaires ci-dessus. en fait considéront que le jeu démocratique ou plutot l'engagement du Roi de nommer le PM du parti qui a eu le plus de "postes" à l'usine des dormants "le parlemant a été respecté, est ce ke le choix de ce monsieu qui est devenu en l'espace de klk années l'ennemi de tous au Maroc. il est la personnalité la plus detestée par toutes les tendances politiques même au sein de l'Istiqlal. Jamai disait en commentaire de cette nomination "jarakoum llah a lamgharba" ce n'est pas n'importe ki mais c un ex membre de la haute sphère de l'istiqlal. alors si ce monsieur est tant mal aimé par tous comment un parti qui se respecte propose un tel choix. Au Japon, le PM conscient que sa quote n'est pas au niveau a décidé de démétionner alors chez nous un monsieur avec une quote négétive vient d'être nommer au poste de PM. BIZZARD MON CHER PAYS